Le Benjamin de la bande…

Tout a commencé par un malentendu !

C’est vers 16 ans que j’annonce à mes parents que j’arrête mes études pour me consacrer à la batterie au sein d’un groupe d’amis triés sur le volet, vigoureux activistes du milieu interlope punk très en vogue à l’époque.

Assez bizarrement, ma famille n’a pas adhéré au projet et m’a ramené illico sur les bancs de l’école en m’expliquant qu’à défaut de leur taper sur le système je pouvais toujours taper sur des tambours.

C’est donc à cette époque (1981) que je fais rentrer ma première batterie dans ma chambre située sous les combles de la maison, et commence mes premiers exercices avec l’auditoire attentif du voisinage.

Il me fallait progresser vite et trouver rapidement le professeur qui me propulserait au firmament des stars du genre. Je trouvais alors un talentueux batteur d’un réputé groupe de Hard Rock du 91 qui m’enseigna que la batterie était un instrument qui réclamait des muscles et une certaine assiduité au martelage régulier de son instrument. Cela allait tout à fait avec le style musical auquel je me destinais à l’époque.

Mais ma curiosité naturelle a assez rapidement mis en présence de mes oreilles la richesse infinie des styles, des rythmes, des musiques et des couleurs musicales. Je laissais là le martelage et le firmament.

Il fallait clairement affiner ma technique : Cours Agostini + Prof de Jazz + 6 années de conservatoire + coaching avec quelques batteurs de renom et surtout talentueux + cours d’improvisation toujours d’actualité et me voilà parti vers d’autres cieux.

La batterie et les percussions sont des instruments de groupe ou d’ensemble; c’est donc tout naturellement que, de mes premiers “papa-maman” jusqu’à ce jour, j’ai toujours joué dans des formations pop, rock, progressif, classique, contemporain, jazz; et que j’ai eu l’opportunité de m’égailler sur scène dans pas mal de concerts avec des musiciens familiers, et parfois totalement inconnus, ce qui est aussi plaisant qu’enrichissant.

Mais c’est vers le début des années 90 que je découvre le Jazz, sa mixité et sa grande liberté, en intégrant le groupe de Jazz (Ted Baxter System), où je fais la connaissance de Patrice, avec en point d’orgue la participation en 2010 d’une semaine de concert au festival de Jazz de Tanger “Tanjazz”, inoubliable ! Tant sur notre scène (enfin, au moins pour nous !) que sur celles des autres groupes que nous avons eu l’occasion d’écouter.

C’est en 2014 que je viens compléter à la batterie l’illustre, le dynamique et néanmoins sympathique groupe de Jazz QIJ, qui, dans le remplissage frénétique de son agenda de représentation, évitera avec soin Tirana(*) 😉

Que le Jazz soit avec vous. Amen !

(*) QIJ semble avoir, en albanais, une signification que ce site, autorisé aux visiteurs mineurs, ne peut pas transcrire (mais Google peut vous aider à comprendre).

Ses titres préférés

  • Blues march
  • Caravan
  • Five brothers
  • Round midnight
  • St Thomas